Discours du maire de LAVAUR – Ecole « colonel Beltrame »

Lettre du Général de division (er) Roudeillac adressée à Mr. Bernard Carayon, maire de Lavaur (Tarn).
Monsieur le Maire,
 
Je viens de lire votre magnifique discours prononcé lors de l’attribution du nom de « colonel Beltrame » à  l’école du Centre de la ville de Lavaur.
Permettez au « vieux soldat » que je suis de vous exprimer ma gratitude pour les mots que vous avez prononcés.
Ils rejoignent les fortes convictions qui sont les miennes s’agissant de la France, de sa culture, de sa civilisation.
J’espère que leur écho dépassera le seul cadre régional et que vos messages inspireront au premier chef ceux qui ont la responsabilité au quotidien d’instruire nos enfants et ceux qui, étant parents sont là, en principe , pour les éduquer.
Puisse donc votre discours interpeller les tièdes, oublieux de notre Histoire nationale, honteux de leur pays, œuvrant à contresens de la pérennité de ses valeurs et veuillez accepter Monsieur le Maire que je porte vos propos à la connaissance des amis de mon cercle d’échanges, et de ceux de mon entourage qui enragent de voir bafouer les valeurs que vous avez mis en exergue.
Merci Monsieur le Maire.
Gal de Division (ER ) D. Roudeillac 
(Ci-dessous, le discours du maire en pièce jointe)

Discours du maire de Lavaur – Ecole Arnaud BELTRAME

Génocide rwandais – réponse au colonel Hogard

Les 15, 16 et 17 mars dernier, à l’approche du 24ème anniversaire du génocide rwandais, Le Monde a publié six articles sur le sujet sous la plume d’un journaliste, David Servenay, connu depuis des années pour son parti pris en faveur de la thèse d’une culpabilité de la France dans le génocide rwandais. Cette campagne avait pour objectif d’accompagner le lancement d’un livre d’un ancien officier de l’opération Turquoise, Guillaume Ancel.

Dans L’Incorrect, le colonel Hogard, ancien commandant du Groupement Sud de l’Opération Turquoise, démonte cette thèse, qui veut que la France soit responsable du génocide de 1994 :

« Guillaume Ancel est un ancien officier, saint-cyrien de surcroît (Promotion Cadets de la France Libre, 1985-1988) et cela donne a priori à son « témoignage » davantage de crédit qu’un malheureux gendarme débauché sans succès quelques années auparavant. Certes, il n’était lors de l’opération Turquoise qu’un tout jeune officier subalterne inexpérimenté. Certes, il n’avait dans cette opération aucune responsabilité de commandement, étant détaché en tant que spécialiste OGT de son régiment, le 68ème régiment d’artillerie, auprès de la 1ère compagnie du 2ème REI désignée pour participer à Turquoise. Certes, il n’avait en tant que tel pas accès aux ordres émis ou reçus aux échelons supérieurs. Il n’était qu’un exécutant sans aucune vue d’ensemble mais la « grande presse », actionnée par les réseaux que je viens d’évoquer, en ont fait au mois de mars « le » seul témoin, le seul « expert » capable de donner un témoignage véridique et sincère !

Le problème est que le livre d’Ancel ne résiste pas à une lecture honnête et attentive. Éliminons d’abord le moins important. Sans parler de la forme à proprement parler (le ton très suffisant pour ne pas dire arrogant que l’auteur adopte de la première à la dernière page pour se dépeindre et se mettre en selle), le jeune artilleur, visiblement mal à l’aise dans les unités professionnelles de l’armée de terre, et quoiqu’il s’en défende à plusieurs reprises, règle dans son ouvrage de nombreux comptes personnels. Vis-à-vis de la Légion étrangère, vis-à-vis des Forces spéciales, vis-à-vis des Troupes de Marine, vis-à-vis de ses chefs, les descriptions, les qualificatifs, les commentaires, les allusions et même quelques solides attaques « ad hominem » pleuvent. Peu amènes, ces déclarations témoignent d’une envie déclarée de nuire, d’un sérieux besoin de reconnaissance et de revanche. Sur le fond, on peut relever, page par page, un très grand nombre de contre-vérités, d’approximations et de contradictions. Si bien que ce livre donne une version toute personnelle, bien éloignée de la réalité, de la vérité de l’opération Turquoise.

S’agissant d’abord de la mission et des ordres reçus, comme l’a écrit le général Lafourcade qui était notre chef et comme je peux en attester moi-même : « Tous les ordres du CEMA et du commandant d’opération contredisent ses affirmations. Il n’a jamais été question d’une mission de combat contre le FPR ni d’un raid sur Kigali. Il n’a jamais été question dans ces ordres d’aider les forces gouvernementales ni de livrer des armes, à plus forte raison de payer leur solde. L’importance des moyens déployés avait pour but d’assurer la sécurité de la mission face à l’hostilité déclarée du FPR avant l’engagement ». Tout est dit dans cette remarque du COMFOR Turquoise. Néanmoins, depuis 2014, Ancel répète à l’envi que Turquoise et en particulier le Groupement Sud que je commandais, aurait livré des dizaines de milliers d’armes aux FAR réfugiées au Zaïre ! Avec cette histoire de « raid sur Kigali », il s’agit là du plus gros mensonge dont ce livre est truffé. Ancel là aussi fabule : Je relève ainsi notamment l’épisode figurant aux pages 98 à 100 de l’ouvrage : « Aéroport de Cyangugu, Rwanda, juillet 1994 » (Ancel précise en note de bas de page : « je n’ai pas noté le jour, cela se passe lors de la deuxième quinzaine de juillet ») dans lequel il me met personnellement en cause. Dans ces trois pages (que Le Monde reproduira in extenso dans sa publication du 15 mars et pour lesquelles il me refuse jusqu’à présent, sous de curieux prétextes, un droit de réponse), Ancel évoque une demande que lui aurait fait mon adjoint, le lieutenant-colonel Laporte (« Lemoine » dans le livre, décédé il y a plusieurs années et qui n’est donc plus là pour se défendre…) de s’occuper d’un groupe de journalistes afin « qu’un convoi de camions (puisse) quitter la base pour transporter des armes vers le Zaïre ». Plus loin, Ancel décrit « dans leur dos, de l’autre côté de la piste, une colonne d’une dizaine de camions transportant des conteneurs maritimes qui quitte le camp en soulevant un nuage de poussière ». S’ensuit un dialogue surréaliste au cours duquel je lui aurais expliqué le soir même que nous livrions des armes aux FAR pour « les calmer et éviter qu’elles se retournent contre nous » ! Pauvres FAR, alors exsangues, battues et abattues, défaites moralement, précisément sans armes et sans munitions : comment donc auraient-elles été en mesure de s’en prendre à nous ?

Par ailleurs, si nous avions dû livrer des armes aux FAR, nous leur aurions livrées, me semble-t-il, bien plus tôt, c’est-à-dire quand elles se battaient encore dans Kigali face au FPR, comme me l’avait demandé alors le 2 ou le 3 juillet leur sous-chef opérations le Général Kabiligi, ce que je lui avais alors bien entendu refusées (Voir « Les larmes de l’Honneur », page 47). Je déments donc bien entendu ici une fois encore toute livraison d’armes aux FAR et ne peux que conclure, dans le meilleur des cas, qu’il s’agit dans l’esprit de l’ex-capitaine Ancel d’une grave confusion.  Grave confusion pour un militaire de confondre les véhicules que nous avions en dotation : TRM2000, TRM4000 et VLRA avec des « porte-conteneurs » et « conteneurs maritimes » (« une dizaine » !) dont on se demande encore par quel itinéraire ils auraient bien pu rejoindre les confins zaïro-rwandais. […]

En ce qui me concerne, chacun sait que  je ne suis pas un défenseur aveugle et acharné de la politique étrangère de la France. Celle-ci peut commettre de très graves et lourdes erreurs. Ce fut le cas en ex-Yougoslavie, en Bosnie puis au Kosovo, ce fut le cas en Libye, ce fut le cas ces sept dernières années en Syrie, avec les terribles conséquences que l’on sait, tant au Moyen-Orient que chez nous en Europe et en France. Ce ne fut pas le cas au Rwanda, où en définitive la seule erreur commise par le président Mitterrand fut de penser en décembre 1993 que la France pouvait se retirer et laisser à l’ONU la charge du maintien de la paix. Après qu’il ait pesé de tout son poids de 1990 à 1993 pour une plus grande démocratisation du régime du président Habyarimana, en échange de l’aide militaire de la France. Moins de quatre mois plus tard, du fait de l’incurie de l’ONU et de la MINUAR, de l’indifférence feinte ou réelle de la « communauté internationale », à la faveur de l’assassinat du président Habyarimana par le FPR, s’installait le chaos au Rwanda et dans la région des Grands Lacs. Seule l’opération Turquoise a tenté d’y mettre fin. Véritable opération humanitaire, menée dans un contexte très difficile, sans arrière-pensée aucune, sans complot surréaliste, n’en déplaise à M. Ancel. La lecture manichéenne du drame rwandais conduit à déformer l’Histoire, à la nier, à la réviser pour en donner une version fausse et génératrice de haines inexpiables. »

Communication

Internet est devenu un moyen de communication qui permet à tout un chacun de s’exprimer et de toucher un auditoire de plus en plus large. Il permet notamment de participer à des groupes de discussion sur  de nombreux sujets, via « Facebook » par exemple.

L’UNP tient à préciser que les prises de position qui pourraient être prises à travers ces échanges n’engagent que leurs auteurs et que le siège national de l’UNP se désolidarise de certains propos tenus et de polémiques qui pourraient en découler par exemple sur les brevets parachutistes et leurs dates d’obtention.

Les prises de position officelles soutenues par l’UNP le sont avec l’aval de son président, le général CAILLE, et exprimées sur ce seul site officiel de l’UNP (www.union-nat-parachutistes.org)

L’hommage du Padre Richard Kalka au Colonel Arnaud Beltrame

Colonel Beltrame, cher Arnaud,

Je te tutoie parce que j’ai toujours tutoyé mes amis. Je te tutoie parce que nous nous sommes croisés un jour sur une zone de sauts. Ensemble, nous avons pu, quelques dizaines de secondes écouter

les oiseaux chanter et flirter avec les anges. Souviens-toi, cher Arnaud, ce jour-là, nous étions aux anges, une expérience que l’on ne partage qu’entre parachutistes.

Dans les cimetières militaires aux milliers de croix impeccablement alignées, les tombes de soldats inconnus anglais portent cette épitaphe : Known unto God (connu de Dieu seul). En France, nous avons aussi nombre de soldats connus de Dieu seul. Le ravivage quotidien de la flamme devant l’Arc de Triomphe rend un hommage de toute la Nation à ces inconnus morts pour la France, qui, blottis dans la main de Dieu, reposent dans la paix éternelle.

Depuis le 23 mars, tu n’es plus un officier inconnu du grand public. Tu fais partie des soldats connus, ceux qui ont fait don de leur vie, librement, et dont le nom reste gravé en toutes lettres sur les monuments aux morts et les plaques commémoratives. Ton nom sera probablement inscrit quelque part, mais il sera incrusté surtout dans mon âme. Je le revendique haut et fort malgré une avalanche, ces derniers jours, de revendications et de réappropriations de diverses  » chapelles » comme si tu mangeais à tous les râteliers.

Non, tu étais d’une autre race. Le nom de moine-soldat ne te convenait pas, mais il y avait quelque chose de cela. J’ose ici une comparaison ou plutôt une affiliation : Maximilien Kolbe. Prêtre polonais, frère franciscain, qui fit don de sa vie pour Franciszek Gajowniczek, un père de famille quelconque (1). Cet acte héroïque a été accompli à Auschwitz, dans l’enfer d’une totale déshumanisation, dans un univers où ne régnaient que les sentiments de survie à tout prix et de chacun pour soi, dans un monde où Dieu faisait figure d’absent.

A Trèbes, tu as pris la place de Julie, une employée du magasin pris d’assaut par un monstre, un musulman, dans ce pays de plus en plus déchristianisé, dans un monde où l’égoïsme est roi, où la lobotisation des citoyens constitue le principal but, non avoué, de la pensée unique. Dans ce magasin en rase campagne, l’islamisation s’installe dorénavant dans les petits villages que l’on croyait à l’abris de cette peste, tu as regardé la bête dans les yeux. Tu as vu la haine. Probablement, as-tu subi des outrages. Les outrages et la haine ne t’ont pas abattu. Tu es resté debout, comme une sentinelle, avec trois balles dans ton corps, responsable de la France tout entière (2). Le 23 mars dernier, tu as sauvé ce pays de son déclin, de sa lâcheté, de son manque de courage.

Depuis 33 ans, je côtoie de près le monde militaire. J’ai accompagné nombreux soldats sur plusieurs théâtres d’opérations et j’ai toujours été en admiration devant la foi et la force spirituelle des jeunes guerriers, enfants de notre pays. Beaucoup d’entre eux, j’en suis sûr, sont prêts, aujourd’hui, à donner leur vie pour leur camarade, leur frère d’armes, leur ami. Toi, mon cher Colonel, tu as offert ta vie à Julie, une parfaite inconnue, c’est-à-dire à la France. Je te pleure, comme Jésus a pleuré son ami Lazare. Je suis en colère, comme Jésus l’a été devant le mercantilisme du temple.

Jeune parachutiste, tu chantais avec nous la prière du para. L’unique, la sublime, la plus belle de toutes les prières : « je veux, mon Dieu, l’insécurité et l’inquiétude, je veux la tourmente et la bagarre ; le courage, la force et la foi ». Tu as été exaucé « à la lettre ». Aujourd’hui, tu évolues immortel dans le grand bleu du Ciel, sans parachute. Tu parles aux anges et aux archanges. Tu causes avec l’Archange Michel, notre saint patron. Tu es comme un grain de blé, entre les mains de Dieu, vivant, impérissable, immortel. Heureux, comme tous ceux qui sont morts dans les grandes batailles, pour la terre charnelle, couchés dessus le sol, à la face de Dieu (3). »

1. J’ai vécu un moment de grande émotion en rencontrant cet homme toujours vivant en 1970.
2. Chaque sentinelle est responsable de tout l’empire (Antoine de Saint-Exupéry, Un sens à la vie, Gallimard 2011, p. 179).
3. Charles Péguy, Eve (1913).

Attentats de Trèbes

Arnaud Beltrame est resté près de 3 heures seul face au terroriste.

Il ne restait plus que la caissière Julie dans le magasin de 2000 mètres carrés. Le boucher avait été froidement abattu, ainsi qu’un client. D’autres étaient blessés. Certains s’étaient enfuis par les issues de secours à l’arrière du Super U, d’autres s’étaient enfermés dans le frigo du rayon boucherie.

Et, là, pendant environ quarante-cinq minutes, Julie se retrouve seule avec le tueur toujours menaçant, brandissant à la main une arme de poing de calibre 7,65 mm avec laquelle il avait fait feu à plusieurs reprises, pour tuer ses deux victimes, ou pour tirer en l’air. Il exige plusieurs conditions pour laisser partir l’otage, et notamment qu’on libère Salah Abdeslam, l’un du commando du 13-Novembre 2016 à Paris. Sinon…

Les mains en l’air, le gendarme dit au tueur : «Libérez-la !»

C’est alors que le lieutenant-colonel Arnaud Beltrane entre en contact avec Redouane Lakdim. Il est arrivé immédiatement sur les lieux avec ses hommes du groupement de gendarmerie de l’Aude. Il connaît ce genre de situation d’extrême urgence, il a déjà mené des exercices simulés d’attaques terroristes.

Il tente alors de négocier avec le terroriste, puis, en dernier recours, lui propose de remplacer l’otage à sa merci. Les mains en l’air, le lieutenant-colonel lui désigne Julie, la dernière otage, et dit au tueur : «Elle n’a rien fait, libérez-la !». Le terroriste accepte. Julie part en courant, elle est saine et sauve. Le gendarme a pris sa place au sein du magasin, un face-à-face angoissant qui va durer deux heures et demie.

Au bout d’un moment, Redouane Lakdim sort par une porte avec le gendarme qu’il tient en joue, il réclame un chargeur pour son arme et affirme vouloir tout faire sauter. Vrai ? Faux ? Plus tard, lorsqu’il aura été abattu, on retrouvera près de son corps trois enveloppes plastifiées contenant des poudres explosives mélangées, avec des mèches qui dépassaient des enveloppes.

En tout cas, cette «sortie» hors du magasin n’aboutit pas et les deux hommes retournent dans le Super U. Recommence alors un face-à-face sur lequel les enquêteurs se font discrets. Les deux hommes se parlent. Quelle est la teneur de ces échanges ? Le lieutenant-colonel tente-t-il de le faire céder psychologiquement ? De lui démontrer que son parcours criminel ne mène qu’à la mort ? En professionnel aguerri, sans se faire remarquer, Arnaud Beltrame pose sur une table son téléphone portable ouvert, si bien qu’à l’extérieur, ses collègues pourront entendre les discussions et comprendre en partie ce qui se passe à l’intérieur entre les deux hommes. Il semble qu’une nouvelle et ultime négociation soit entreprise. Deux membres de la famille de Redouane Lakdim sont amenés sur place, dans une tentative pour le faire céder. La négociation n’aboutira pas.

Coups de feu

Que se passe-t-il donc entre les deux hommes enfermés à l’intérieur depuis près de deux heures et demie ? Alors que, sur le parking du supermarché sont arrivés les gendarmes du GIGN de Toulouse et qu’ils s’apprêtent à se positionner pour un assaut éventuel, on entend soudain, résonnant à l’intérieur du magasin, plusieurs coups de feu. Il est 14 h 20, les hommes du GIGN n’hésitent plus, ils donnent aussitôt l’assaut, deux d’entre eux seront blessés, et le terroriste est abattu.

Mais, ce qu’ils redoutaient s’est produit : le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a été très grièvement blessé, il est transporté au centre hospitalier de Carcassonne, entre la vie et la mort. Il mourra aux premières heures du matin.


Il a remplacé Julie, la dernière otage

Elle est toujours sous le choc, très atteinte moralement. Elle ne veut pas encore parler de ce qu’elle a vécu. Julie, 40 ans, est l’otage que le Lieutenant-clonel Beltrame a remplacé. Elle sait qu’elle doit sans aucun doute sa vie au sacrifice du gendarme.

Mariée et mère d’une petite fille de deux ans et demi, Julie habite à proximité de Carcassonne. Elle est diplômée ingénieur «qualité sécurité environnement», mais, après avoir perdu son emploi, elle travaille depuis un an au Super U de Trèbes comme hôtesse de caisse.

Vendredi, sa vie a croisé celle du terroriste qui criait «Allah akbar» et brandissait son arme dans le supermarché. Alors que certains collègues et des clients avaient réussi à sortir du magasin, elle est restée comme dernière otage, seule face au tueur, pendant environ 45 minutes, dans un huis-clos qu’on devine terrifiant.

C’est pour la sauver qu’Arnaud Beltrame s’est substitué à elle. Julie n’oubliera jamais.


Éditorial Jean-Claude Souléry

Un infini respect

Il aurait pu laisser sa vie sur d’autres champs de bataille, en Irak par exemple où il effectua naguère une mission. Mais c’est dans un supermarché de Trèbes qu’il a été mortellement blessé. Tombé en héros, selon une formule officielle qui, en l’occurrence, a rarement été aussi juste. Comme s’il fallait témoigner que le courage, le vrai, ne s’exerce pas seulement sur le terrain des guerres – mais qu’il se prouve aussi dans l’exercice de son métier et en des lieux qui nous semblent d’ordinaire familiers.

Héros, donc. Héros, assurément. Voilà un mot trop souvent galvaudé, qu’on utilise pour un sportif, le vainqueur d’une téléréalité, des abrutis qui se pavanent sur Facebook, tant de vedettes éphémères qui n’ont pour seul mérite que d’avoir gagné une breloque ou une popularité usurpée.

Ces héros de pacotille ont gagné. Lui, il a perdu. Perdu sa vie. Délibérément. Pour avoir voulu, en toute connaissance de cause, sauver d’autres vies. Avec un sens du devoir, du dévouement – ce sens du sacrifice qui, depuis hier matin, fait l’unanimité des hauts dignitaires comme des gens raisonnables.

« Mort pour la patrie », a dit le ministre. Il serait plus juste de dire qu’il est mort pour quelque chose qui le dépasse et qui lui est personnel : son humanisme chrétien, la haute idée qu’il se faisait du service public et de la nation, le sentiment profond d’accomplir une sorte de « mission » – pour laquelle il s’était fait gendarme.

Ne croyons pas un instant qu’il ait agi à la légère. Car Arnaud Beltrame était un homme lucide face à un danger qu’il a affronté seul à seul. Il savait, par profession, qu’on ne s’expose pas inutilement lors d’une attaque terroriste. Il savait ce dont un tueur fou peut être capable. Et, précisément, parce qu’il savait que les otages étaient des morts en sursis, il a pris sans hésiter leur place. Ce comportement, exemplaire, n’est pas courant; il rejaillit bien entendu sur la gendarmerie française, il donne de la chair à une autre formule officielle tant de fois entendue : « Ils risquent leur vie pour protéger la nôtre ». Le geste du lieutenant-colonel Armand Beltrame correspond clairement à cette formule. Désormais, beaucoup de civils n’oseront plus évoquer, parfois sur le ton du dédain, les fameux « risques du métier » de nos militaires. Lui a surtout couru le risque que la plupart d’entre nous n’aurions peut-être pas assumé. Infini respect.

 

Un soldat mort pour son pays

Encore un soldat mort pour son Pays !

La Gendarmerie Nationale vient de perdre un de ses meilleurs éléments.

L’Union Nationale des Parachutistes n’oublie pas que le lieutenant-colonel BELTRAME servit à deux reprises dans des unités aéroportées : au 35 ème régiment d’artillerie parachutiste au début de sa carrière, puis au sein de l’escadron parachutiste de la gendarmerie nationale, partie du prestigieux GIGN.

Allant jusqu’au bout et même au-delà de sa mission, le lieutenant–colonel BELTRAME, par son action héroïque consciente et raisonnée a concrétisé de manière éclatante les qualités d’honneur et de dévouement de son Arme. Il a aussi rappelé à la France que ce sont ces qualités qui animent dans un quotidien devenu banal nos frères d’armes engagés dans les OPEX et maintenant les OPINT menées pour contrer la menace terroriste.

L’UNP s’incline devant le sacrifice du lieutenant-colonel BELTRAME, et assure sa famille et ses proches de sa compassion. Elle veut aussi exprimer sa solidarité à la Gendarmerie Nationale et à toutes nos armées et forces assurant chaque jour les missions de défense et de protection de notre Pays, de notre population et de nos intérêts.

Mais au-delà de la profonde émotion partagée par tous les patriotes souhaitons que le courage du lieutenant–colonel BELTRAME suscite un sursaut salutaire :

  • nos concitoyens réalisent que notre Pays est en guerre (cela a d’ailleurs été dit à maintes reprises par nos dirigeants), que cette guerre se déroule tant à l’extérieur qu’à intérieur de nos frontières, et qu’elle touche désormais tout notre proche environnement habituel. A l’heure où se manifestent des revendications catégorielles de confort, il est sans doute temps de se mobiliser et de donner la priorité à des enjeux qui concernent la sécurité et l’avenir de toute notre Patrie.

  • nos élus et représentants politiques ont désormais le devoir d’identifier, de désigner sans équivoque, angélisme ni démagogie nos ennemis, et de prendre les mesures appropriées aux événements : à situation de guerre, décisions et mesures de guerre ! Parmi celles-ci notre démocratie, situation politique essentielle, doit pouvoir concilier et adapter son droit du temps de paix aux réalités pour répondre au danger du moment d’une part, et, d’autre part, savoir consentir les efforts prioritaires indispensables à la victoire .

Pour tout cela l’UNP, dans son rôle d’association patriotique, a un rôle à jouer :

  • en rappelant avec calme mais conviction ces vérités et nécessités à nos concitoyens, nos élus, nos responsables.

  • en renouvelant inlassablement notre soutien aux forces engagées pour nous protéger. J’appelle donc, en la circonstance, toutes les sections de l’UNP à se rapprocher des brigades de gendarmerie de leur lieu d’implantation, lors de la cérémonie d’hommage au lieutenant-colonel BELTRAME, afin d’exprimer la reconnaissance et l’admiration de l’UNP à ceux qui contribuent à notre sécurité et à notre futur.

Ainsi le sens du devoir et le dévouement du lieutenant-colonel BELTRAME auront-ils vraiment contribué et appelé la victoire !

Que Sainte Geneviève et Saint Michel accueillent le lieutenant–colonel BELTRAME pour son repos éternel, et que son souvenir reste une force pour notre France !

Le général (2S) Patrice CAILLE

Président de l’UNP

Message de sympathie – Gendarmerie nationale

Notre président, le général Patrice CAILLE, a adressé le message de sympathie et de soutien ci-dessous au général Richard LIZUREY, directeur général de la Gendarmerie nationals suite au sacrifice héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame au cours de l’attaque terroriste de Trèbes (Aude).

 

A l’attention du général Richard LIZUREY, Directeur Général de la Gendarmerie Nationale

(copie au Groupement de Gendarmerie de l’Aude)

Le général (2S) Patrice CAILLE, président de l’Union Nationale des Parachutistes, l’ensemble des membres de l’UNP et la grande famille des parachutistes expriment leur profonde solidarité et leur fraternité d’armes avec l’ensemble de la Gendarmerie Nationale dans l’épreuve qu’elle traverse avec la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, tombé héroïquement dans ce combat commun au service de la France.

Assurez de tout notre soutien la famille, les amis et les proches de ce serviteur de la Nation qui rejoint, dans nos pensées, la grande cohorte des «soldats et des parachutistes tombés au champ d’honneur».

Obsèques du général Gaget, ancien président national de l’Association des Membres de la Légion d’Honneur décorés au Péril de leur Vie

Veuillez trouver ci-dessous le texte de l’allocution funèbre prononcée par le général Schmitt aux obsèques du général Gaget, ancien président national de l’Association des Membres de la Légion d’Honneur décorés au Péril de leur Vie.

 

Allocution prononcée le 19 mars 2018 à Morières-les-Avignon

Par le général d’armé Maurice SCHMITT

Ancien CEMA – Grand-Croix de la Légion d’Honneur

Mon général

En ayant l’honneur de prononcer votre éloge funèbre, j’ai bien conscience de ne pouvoir donner que quelques éclairages sur la vie d’une personnalité hors du commun. Une personnalité dont, peut-être, seule l’Armée peut permettre l’épanouissement. Le montrer est, je pense, un des buts, peut-être le principal, que vous avez poursuivi en publiant récemment vos mémoires.

Comme vous l’écrivez en quatrième de couverture du premier volume vous avez vécu une adolescence bouleversée par la guerre et des conditions de vie difficiles. Je crois que vous avez fait alors le bon choix, à dix-huit ans, le 9 juin 1948 en signant un engagement pour la demi-brigade de commandos parachutistes. Vous avez écrivez-vous été motivé en contemplant la célébrissime affiche présentant les parachutistes coloniaux et leur devise :

Ma fortune LA GLOIRE

Mon domaine LA BAGARRE

Cette devise serait probablement critiquée voire censurée aujourd’hui. A l’époque elle m’a fait rêver moi aussi alors que j’étais candidat à Saint-Cyr.

X

Les bataillons parachutistes écrivirent l’essentiel de leurs pages de gloire en Indochine. Pour vous ce sera le 2ème bataillon colonial de commandos parachutistes de 1948 à 1950. Vous combattez en Cochinchine et en vous lisant j’ai retrouvé bien des noms connus, le chef de bataillon Trinquier, en particulier, sous les ordres duquel j’ai moi-même servi en Algérie lorsqu’il remplaça Bigeard à la tête du 3ème régiment de parachutistes coloniaux. Nous avons eu pour lui estime et amitié.

Après deux ans, c’est le retour en France et la réussite au concours d’entrée à Saint-Cyr Coëtquidan. A l’époque Saint-cyriens et Corps de Troupe étaient mêlés dans le 1er bataillon de France selon la volonté du général de Lattre de Tassigny. Vous appartenez donc à la promotion « ceux de Dien Bien Phu » baptême qui fit débat car même si ce fut une défaite honorable. C’était tout de même une défaite.

Désormais sous-lieutenant vous faîtes le choix de l’armée blindée cavalerie, le mot cavalerie n’est pas superflu en ce qui vous concerne, et vous rejoignez l’école de Saumur. Vous vous consacrez plus au pentathlon moderne, ratant d’une place une sélection pour les jeux olympiques qu’aux autres activités mais vous pourrez néanmoins faire le choix de servir dans les cavaliers parachutistes au sein du 13ème R.D.P alors régiment de reconnaissance et stationné à Castres.

C’est avec le 13ème R.D.P qu’en septembre 1955 vous rejoignez l’Algérie. Vous quitterez le 13 pour commander l’un des derniers pelotons montés de l’armée française au sein du 9ème groupe de spahis algériens dans le Constantinois. Maintenir des unités montées dans le style de combat qu’il fallait conduire en Algérie n’était probablement pas une très bonne idée. Après deux années vous rejoindrez le secteur de Saïda dans l’Oranais. Va alors débuter ce qui sera certainement la grande épopée de votre carrière centrée autour de Saïda que vous rejoigniez en janvier 1958. C’est quelques mois plus tard que le général Challe décida de dynamiser les commandements de secteur et c’est ainsi que le colonel Bigeard fut nommé à la tête du secteur de Saïda. C’est sous les ordres de ce chef exceptionnel que vous allez créer et commander le commando COBRA l’un des deux commandos du secteur de Saïda le second était le commando GEORGES du lieutenant Grillot votre ami de toujours. Avec le commando COBRA vous mériterez quatre citations dont deux à l’ordre de l’Armée. Un extrait de l’une d’entre elles : « chef de commando de chasse, audacieux, dynamique et d’une bravoure exceptionnelle, à la base des plus beaux bilans du secteur…A inscrit un nouveau fait d’armes à l’historique du prestigieux commando COBRA ».

X

A Saïda vous ne ferez pas seulement la guerre. Vous allez fonder une famille. Ainsi le 9 juillet 1960 vous épousez Michèle Meunier et après un voyage de noces en Italie vous vous installez à Saïda.

Madame vous allez être désormais associée au destin de votre mari. A vous-même, à votre fille et à tous les vôtres je vous présente les vives condoléances de tous ceux qui ont connu Robert Gaget et pour beaucoup ont combattu avec lui.

X

Avec mars 1962 c’est, en principe, la fin des combats. Vous aurez servi sept ans en Algérie, mérité cinq citations qui s’ajoutent à celle d’Indochine. Vous êtes capitaine, chevalier de la Légion d’Honneur. Vous allez entamer la deuxième partie de votre carrière et retrouver le 13ème RDP devenu régiment de reconnaissance de la 1ère armée dont vous commanderez le 2ème escadron. De 1972 à 1976 vous dirigerez le service des sports des écoles de Coëtquidan avec le grade de chef d’escadrons avant de rejoindre comme lieutenant-colonel et commandant en second le 1er régiment de hussards parachutistes à Tarbes. Vous commanderez le GMR 5 de Lyon avant de terminer votre carrière comme DMD des Hautes Pyrénées à Tarbes. Le 15 août 1986 vous êtes nommé général de brigade. Un an avant vous avez été promu commandeur de la Légion d’Honneur.

X

A 56 ans vous n’allez pas vous contenter de jardiner et de jouer aux boules même si en 39 ans de carrière dont neuf en guerre vous aviez déjà beaucoup donné.

Vous collaborerez quelques mois avec l’amiral Brac de la Perrière qui vient de fonder l’association JET (jeunes en équipe de travail) qui visait la réinsertion sociale de jeunes délinquants. Simultanément vous publiez « commando COBRA » qui revient sur votre parcours en Algérie et vous apportez votre concours aux édiles de la mairie de Morières les Avignon dont je salue les représentants.

Après avoir dirigé la section du Vaucluse de l’Association des décorés de la Légion d’Honneur au Péril de leur vie vous devenez le président national de cette association dont plusieurs membres vous accompagnent aujourd’hui. Vous conserverez cette fonction jusqu’en 2010 après avoir géré quelques problèmes inhérents à toutes les associations d’anciens combattants Gaulois. C’est au congrès de Grenoble que j’ai présidé la cérémonie de fin de mandat en vous rendant l’hommage qui vous était du après tant de services rendus.

X

Madame Gaget vous et votre famille vous pouvez être fières du parcours de Robert Gaget. Il restera certes pour tous ses compagnons le chef de commando COBRA mais comme j’ai essayé de le résumer c’est tout son parcours, certes original, qui illustre le mot cher aux militaires « Servir ».

Général d’armée Maurice SCHMITT

Président d’Honneur de l’association nationale des D.P.L.V.

Amendements à la loi de Programmation militaire

L’Assemblée nationale examinera la semaine prochaine le projet de loi de programmation militaire. A cette occasion, Mr. Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône, déposera deux amendements que vous trouverez en pièce jointe concernant les pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre. Mr. Guy Teissier est notamment un ancien parachutiste du 1er RCP mais aussi ancien président de la Commission de la Défense à l’Assemblée Nationale.

ASSEMBLÉE NATIONALE

projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025

AMENDEMENT

 

présenté par

M. Teissier

 

ARTICLE 32

Supprimer cet article

EXPOSÉ SOMMAIRE

Depuis 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre prévoit que les contentieux soient portés devant une juridiction spéciale constituée, en première instance d’un magistrat, d’un médecin et d’un pensionné, et en appel, de trois magistrats appartenant à l’ordre judiciaire.

L’article 32 fait entrer le contentieux des pensions militaires d’invalidité dans le droit commun du contentieux administratif par application pure et simple du code de justice administrative.

Ainsi, disparaitraient les juridictions « spéciales » devant lesquelles se traitaient les désaccords avec l’administration, sur les décisions prises par elle en matière de droits à pension essentiellement, mais aussi en matière de droits accessoires aux pensions (soins, appareillage…). Ces juridictions qui avaient été pensées par le législateur de 1919, pour être un rempart entre l’État, dont l’action est toujours commandée par les questions de finances publiques, et les créanciers de la Nation concernés par les livres 1 et 2 du CPMIVG, seraient ainsi « remplacées » par les juridictions administratives de droit commun (tribunaux administratifs et cours administratives d’appel) ; et, ce, sans aménagements ou presque du code de justice administrative (CJA), nonobstant les spécificités du droit à réparation. Cela est d’autant plus inquiétant qu’avec ces juridictions spécialement conçues pour contrôler la façon dont l’État s’acquitte de sa dette imprescriptible disparaîtront 100 ans de jurisprudence des « juges du fond ».

Aussi, il faut souligner que la vocation de la loi de programmation n’est pas de remodeler le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre. Il est essentiel que le Code des pensions Militaires d’Invalidité refondé pérennise, au lieu de les affadir, voire de les priver de leur substance, les droits imprescriptibles à reconnaissance et à réparation dus aux sacrifiés de la Nation.

La loi de programmation militaire ne peut donc pas être le véhicule législatif d’un sujet aussi important que la question des droits à reconnaissance et réparation qui relèvent du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG) qui est un code de souveraineté.

Par ailleurs, compte tenu de l’engagement dont ils font preuve en tant que soldat, les bénéficiaires de droits à pensions ne peuvent être considérés comme des administrés. Il s’agit en effet de créanciers de la Nation toute entière, unie et s’inclinant devant leur sacrifice.

Afin d’assurer le respect des droits à reconnaissance et réparation, il est opportun de retirer cet article 32 du projet de loi de programmation militaire pour mener en bonne et due forme des négociations avec les principaux concernés que sont les pensionnés et leurs représentants, (avocats ou associations représentants les victimes de guerre).

L’accroissement de notre engagement militaire hier en Afghanistan, aujourd’hui au Mali, en République centreafricaine et au Moyen Orient ainsi que les attentats qui nous ont frappés ont créé une situation inédite et accru le nombre de blessés de guerre et de victimes. Prendre des mesures qui leur seraient potentiellement défavorables serait injuste et perçu comme tel tant par les intéressés que par la société aujourd’hui consciente de l’effort nécessaire.

ASSEMBLÉE NATIONALE

projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025

AMENDEMENT

 

présenté par

M. Teissier

 

———-

ARTICLE 36

Supprimer l’alinéa 2° de cet article

EXPOSÉ SOMMAIRE

L’article 36 a pour objet de ratifier deux ordonnances (1° et 3°) prises en application de la loi n° 2015-917 du 28 juillet 2015 actualisant la programmation militaire ainsi que l’ordonnance n°2015-1781 du 28 décembre 2015, prise en exécution de l’article 55 de la LPM n°2013-1168 du 18 décembre 2013 ayant procédé à la refonte de la partie législative du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (2°).

Le présent amendement vise à supprimer l’alinéa 2 de cet article 36 dans la mesure où la loi de programmation militaire ne peut être le véhicule législatif adapté pour débattre d’un sujet aussi important que la partie législative d’un code de souveraineté tel que l’est le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG).

Il est essentiel que le Code des pensions Militaires d’Invalidité refondé pérennise, au lieu de les affadir, voire de les priver de leur substance, les droits imprescriptibles à reconnaissance et à réparation dus aux sacrifiés de la Nation.

La loi de programmation militaire ne peut donc pas être le véhicule législatif d’un sujet aussi important que la question des droits à reconnaissance et réparation qui relèvent du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG).

En introduisant au sein de la LPM 2019-2025 les articles 32 et 36, on effectue une sorte de tour de passe-passe qui vient priver les pensionnés et leurs représentants du débat parlementaire qu’on leur avait promis, lors des discussions relatives à la refonte du code, particulièrement s’agissant du livre VII du code, relatif au contentieux des PMI.

Il ressort de l’avis donné par la commission supérieure de codification le 6/10/2015 portant sur ce livre VII, qu’un très gros travail avait été effectué au stade de la refonte, en concertation avec les justiciables et praticiens dans le but d’améliorer notoirement le traitement de ce contentieux défectueux au point de faire l’objet de nombreuses condamnations de l’État par la CEDH et le Conseil d’État.

Ainsi, en proposant tout à la fois de ratifier sans débat parlementaire la partie législative du code refondu par ordonnance en exécution de la précédente LPM (2014-2018), par l’article 36 de la nouvelle LPM (2019-2025), et d’abroger totalement le livre VII du CRPMI, tel qu’entré en vigueur le 1er janvier 2017 (avec valeur règlementaire puisque l’ordonnance du 28/12/2015 n’avait pas été encore ratifiée), qui ne survivrait qu’avec les trois nouveaux articles législatifs prévus par l’article 32, tous les travaux importants du temps de la refonte et toutes les améliorations obtenues dans le cadre des négociations ardues avec l’administration, seront anéantis d’un trait.

Au-delà de ces questions essentielles, les pensionnés et leurs représentants ont d’autres revendications à faire valoir portant sur divers points. Ces revendications qui portent sur des questions plus ou moins techniques ou très symboliques de ce droit souverain et complexe ne peuvent à l’évidence prendre place dans le cadre du vote de la LPM.

Par ailleurs, compte tenu de l’engagement dont ils font preuve en tant que soldat, les bénéficiaires de droits à pensions ne peuvent être considérés comme des administrés. Il s’agit en effet de créanciers de la Nation toute entière, unie et s’inclinant devant leur sacrifice.

Afin d’assurer le respect des droits à reconnaissance et réparation, il serait opportun de retirer cet amendement et mener en bonne et due forme des négociations avec les associations représentants les victimes de guerre.

L’accroissement de notre engagement militaire hier en Afghanistan, aujourd’hui au Mali, en République centreafricaine et au Moyen Orient ainsi que les attentats qui nous ont frappés ont créé une situation inédite et accru le nombre de blessés de guerre et de victimes. Prendre des mesures qui leur seraient potentiellement défavorables serait injuste et perçu comme tel tant par les intéressés que par la société aujourd’hui consciente de l’effort nécessaire.

Pour toutes ces raisons et afin d’assurer le respect des droits à reconnaissance et réparation, il serait opportun de retirer ce 2° de l’article 36.

Mesure d’alignement des pension militaires d’invalidité au taux du grade *

*en faveur des militaires et de leurs ayants cause, ayant opté antérieurement avant la parution de la loi n° 62-873 du 31 juillet 1962 de finances rectificative pour 1962, pour le cumul d’une pension de retraite et d’une Pension militaire d’invalidité (PMI) au taux du soldat.

Les dispositions de l’article 125 de la loi n° 2017-1837 de finances pour 2018 du 30 décembre 2017 mettent fin à une inégalité de traitement entre les titulaires de PMI.

En effet, avant 1962, les militaires radiés des cadres ou rayés des contrôle devaient opter soit pour une PMI versée au taux du grade, soit pour une PMI cumulable avec une pension de retraite versée au taux du soldat.

L’article 6 de la loi n° 62-873 du 31 juillet 1962 de finances rectificative pour 1962 a permis aux militaires et à leurs ayants cause qui optaient pour le cumul des deux pensions, dont les droits s’étaient ouverts après le 3 août 1962, de bénéficier d’une PMI au taux du grade.

Toutefois, cette mesure n’a pas eu de portée rétroactive. Ainsi, les militaires radiés des cadres, rayés des contrôles ou décédés, avant l’entrée en vigueur de la loi du 31 juillet 1962 précitée, et leurs ayants cause ont conservé une PMI aux taux du soldat cumulée avec une pension de retraite.

A compter du 1 er janvier 2018, la nouvelle mesure issue de la loi de finances pour 2018 met fin à cette inégalité de traitement et permet désormais, à ces mêmes titulaires, de cumuler une pension de retraite avec une PMI au taux du grade.

Mesure d’alignement des pension militaires d’invalidité au taux du grade *

A qui s’adresse cette mesure ?

Aux ayants-droit :

• personnel officier ou non officier ;

• titulaire d’une pension militaire de retraite et d’une PMI au taux du soldat ;

• radié des cadres ou des contrôles par suite d’infirmités imputables au service avant le 3 août 1962. Les conditions sont cumulatives.

Aux ayants-cause :

• bénéficiaire (veuf(ve), orphelin / enfant infirme) de la pension de réversion d’un ancien officier ou nonofficier radié des cadres ou des contrôles avant le 3 août 1962, titulaire d’une pension militaire de retraite et d’une PMI servie au taux du soldat.

De quoi s’agit-il ?

La nouvelle mesure permettra désormais, d’indexer la PMI, non plus sur un taux correspondant au grade de soldat mais sur le taux du grade détenu par le militaire lors de sa radiation des cadres ou des contrôles par suite d’infirmités imputables au service.

Cette nouvelle disposition aura pour conséquence une réévaluation de la PMI, toutefois cette révision s’effectuera sans effet rétroactif, c’est à dire que le nouveau calcul de la PMI sera pris en compte uniquement à compter du 1 er janvier 2018.

Comment faire pour en bénéficier ?

Le service des retraites de l’État, en charge de la concession et de la révision des pensions concernées, identifiera les pensions susceptibles de bénéficier de la revalorisation.

Ces pensions seront révisées d’office à compter du mois d’avril 2018, sans qu’il y ait besoin de déposer une demande. Ces travaux seront achevés au plus tard à la fin de l’année 2018.

Les intéressés seront informés de la révision de leur pension à réception de leur titre de pension comportant les bases revalorisées